L’aide traditionnellement apportée dans le cadre de la solidarité familiale a fait l’objet d’une reconnaissance juridique lors de l’adoption de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.  Au fil des évolutions réglementaires, la définition de l’ « aidant familial « (vocable utilisé dans le champ du handicap) s’est quelque peu affinée, avant que la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement n’introduise la notion de « proche aidant ». Cette loi « dite ASV » instaure également un « droit au répit » permettant à l’aidant de prendre un repos ou de poser un congé.  Un autre texte législatif en date 22 mai 2019 visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants est venu compléter ces dispositions, en vue notamment de faciliter une conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle.

Pour davantage d’informations : cliquez sur l’image ci-dessous pour télécharger (pdf) le “Guide des aidants de l’Essonne”